Ressource

Publications & Colloques

ALLONS Z’ENFANTS AU CINEMA

Une petite anthologie de films pour un jeune public.
Sous la direction de Catherine Schapira, Luce Vigo / Les Enfants de cinéma , 2001.


Allons z’enfants au cinéma n’est pas seulement « une petite anthologie de films pour un jeune public », comme son sous-titre le laisse présager modestement. L’ouvrage - inscrit dans la ligne pédagogique de l’association « Les Enfants de cinéma » et qui a déjà édité des Cahiers de notes sur une cinquantaine de films destinés à introduire le cinéma en classe - fait l’hypothèse que le genre du film pour enfants, dont les lois du marketing ont établi les règles, n’existe pas, tout simplement parce que c’est le cinéma tout entier qui a rapport avec l’enfance.

Prenant la suite des propositions de Serge Daney et de Jean-Louis Schéfer, Alain Bergala propose, dans un texte liminaire, de redéfinir la relation du cinéma à l’enfance par un « éloge de la liste », dont les 200 fiches de films constitueront ensuite l’essentiel du volume.
C’est ainsi qu’une profession de foi sur l’enseignement du cinéma se dessine en creux dans ce texte, judicieusement accompagné du témoignage d’un praticien (Pierre Gabaston) faisant état de son expérience en classe, et d’une lettre d’un cinéaste (Denis Gheerbrant) adressée à un jeune public - desquels émerge l’idée d’une spécificité de cet enseignement-là.
Pourquoi ? Parce qu’apprendre le cinéma est une affaire d’amour, qui s’élabore, comme il se doit, en termes de désir. Au programme, sur lequel repose l’essentiel du système scolaire, on préférera la passation, dont la liste se fera le support, forcément ouvert, en désignant ces oeuvres, qui, un jour, ont provoqué chez d’autres l’expérience initiatique de la rencontre, décisive parce qu’émotionnelle, entre un film et son spectateur. Tel est bien le rôle de l’école : apprendre à aimer plutôt que contraindre à savoir. Car l’enfance est ce moment des « sidérations décisives » au cours duquel s’élabore, davantage qu’une culture, un imaginaire « cinéphilique ». Ainsi, la liste, pensée comme un legs, dont le modèle reste pour l’auteur les Histoire(s) du cinéma, cette grande entreprise de désignation d’affects, est « une carte balisée par le désir d’un autre ».
Compte Rendu écrit par Emmanuelle André, Bibliothèque du film cinémathèque Française

Chaque notule est composée d’une fiche technique, d’un commentaire (qui contextualise l’oeuvre) et du point de vue de l’auteur, à partir d’un corpus de films de diverses nationalités, aux métrages variables, de fiction et de documentaire, balayant très largement l’histoire du XXe siècle.

L’une des grandes qualités de cet ensemble est que les liens à l’enfance y sont démultipliés. Outre les « classiques du film pour enfants » (Les 5000 Doigts du Dr T. ), d’autres configurations se dessinent, des films joués par les enfants (Aniki Bobo), qui traitent l’enfance comme personnage (L’Argent de poche) ou comme « état et rapport au monde » (Jour de fête), de la nostalgie d’adulte pour le monde de l’enfance perdue (David, Thomas et les autres), de films, enfin, sans enfant du tout, mais qui apportent une vraie leçon de cinéma (L’Homme à la caméra).

Complètent très utilement l’ouvrage un recensement des distributeurs, des organismes de prêt ou de vente des cassettes vidéos et des DVD, ainsi que la liste des associations et centres de ressources sur le cinéma, et, enfin, une bibliographie organisée - chaque terme référencé étant efficacement commenté. Par sa rigueur et ses forts partis pris méthodologiques, Allons z’enfants servira tout aussi bien le public d’enseignants et de programmateurs auquel il est le plus immédiatement destiné que le spectateur soucieux de penser l’oeuvre cinématographique comme le champ de possibles, toujours renouvelé, de « ciné-sensations » à s’approprier, en souvenir de l’enfant de cinéma qu’il a d’abord été. "

Compte rendu rédigé par Emmanuelle André, Bibliothèque du Film de la Cinémathèque française.

Date de dernière mise à jour: 23 septembre 2020

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur