Ressource

Publications

PIER PAOLO PASOLINI ET L’ANTIQUITE (1996)

Structure support: INSTITUT DE L’IMAGE.

Publication des actes du colloque organisé par l’Institut de l’Image les 19 et 20 avril 1996, sous la direction d’Olivier Bohler, regroupant les textes des neuf intervenants, complétés de textes inédits.


"En vingt ans, depuis la mort de Pier Paolo Pasolini, son message a souvent été déformé, ou même oublié, jusqu’à finalement devenir, en ces derniers jours - troublés - de plus en plus présent, comme une sorte de référence, de modèle propre à nous guider. Pasolini n’était pas un modèle. Pasolini était une conscience, la conscience d’une époque, certes, mais avant tout des évolutions de l’humanité, des rapports de l’homme au monde et à l’autre. Posséder une telle lucidité implique une sensibilité, autant qu’une connaissance, de ce qui a été comme de ce qui est. Or, trop souvent, ses mots et ses images ont été repris sans se soucier de ce qu’ils étaient dictés par une relation intense autant que complexe au passé. L’Antiquité, pour Pasolini s’étend de la préhistoire à l’immédiat après-guerre, avant qu’elle ne soit détruite par la société de consommation. Personnalisée, elle s’attache à sa propre enfance, à ses racines frioulantes. Envisagée comme ère des particularismes, elle s’applique à toutes les traditions populaires, y compris la littérature du Moyen Age - Chaucer, Boccace, Dante. Tournée vers le sentiment religieux, elle touche au sentiment du sacré, du surnaturel, que les hommes ont entretenu avec leur unviers. D’un point de vue culturel, elle apparaît évidemment dans ses traductions - adpatations d’Eschyle, de Plaute, de Sophocle et d’Euripide. Politiquement enfin, elle représente l’opposition au fascisme, à l’acculturation et à l’uniformisation portés par la société moderne, industrielle."

Ville: AIX EN PROVENCE
Date de dernière mise à jour: 8 octobre 2012

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur