Ressource

ATELIER AU COLLÈGE EDOUARD MANET - TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES SEGPA (2016/2017)

Structure support: ALHAMBRA CINEMARSEILLE.

Cet atelier de réalisation a été proposé dans le cadre du projet Toute la Lumière sur les Segpa. Les participants ont été accompagnés par une intervenante artistique à l’élaboration d’un court métrage : de l’écriture au tournage.

  • Dates : Janvier - Juin 2017
  • Durée : 5 mois
  • Séances : 30 heures
  • Lieux : Collège Edouard Manet et cinéma l’Alhambra (Marseille)
  • Intervenant(s) artistique(s) : Axelle Schatz
  • Public concerné : 13 élèves de 3ème SEGPA

Cet atelier a été mené avec la complicité de Jean-Hugues Bessou et Alain Piquet, enseignants au collège Edouard Manet.


Au départ, la dévolution du problème :

Une particularité peut-être du travail que nous menons est de toujours partir des idées des élèves. Ne pas demander quel film ils veulent faire mais de quoi ils veulent parler. Ce n’est pas nous qui allons faire un film mais eux ; avec notre aide et notre soutien.

Accompagner, provoquer des situations, des adaptations, des régulations et des stratégies qui font avancer la construction du film :

On ne peut pas faire un film avec seulement des idées. Il faut apprendre.
Apprendre à faire : Apprentissage de la caméra et de l’image de soi à travers des jeux, des mises en situation…. Apprendre à comprendre, à lire des images, de la vidéo à travers des visionnages de films (courts ou longs) …

Ensuite, pour ne pas trop rentrer dans les détails, les idées de départ sont affinées. Le déroulé du projet aussi est précisé : c’est une prise de conscience du travail à faire : faire un film c’est long, ça demande un travail d’écriture, de réécriture, de questionnement et de débats. C’est une aventure collective comparable avec tout le travail demandé par un film.

Des lectures comme «  Vous n’aurez pas ma haine » d’Antoine Leiris, des courts et des longs métrages comme Wadjda de Haifaa al-Mansour (2012), Le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar (2016). Ces lectures, ces films nourrissent des débats et permettent d’amener d’autres questions (La laïcité : définition et enjeux….) Ils sont aussi l’occasion d’ateliers d’écriture (poèmes, acrostiches….) qui seront insérés dans le film (enfin ça on ne le sait pas encore !).

Quand nous avons cerné notre sujet s’est posée la question de la forme. Sur un tel sujet la fiction s’est imposée. Et là, il a fallu encore écrire. Un beau travail d’équipe à la fois dans l’écriture (même si quelques-uns ont apporté la matière principale, tous ont écrit de petites scènes -gardées ou pas car nous avons dû limiter la durée du film -) et la réalisation.

saute pas 2

Impact du projet sur les élèves :

C’est un travail dont ils sont fiers. Il faut souligner que ces élèves en difficultés ont choisi un sujet qui n’est pas facile, y ont réfléchi. Ils ont écrit des textes, les ont appris, ont pensé un scénario qui raconte une histoire qui se tient, l’ont mise en image et pour ça ont recommencé des dizaines de fois les mêmes scènes : ils ont fait preuve de ténacité, de coopération, de complicité, de concentration, de réflexion, de dynamisme et de réactivité ….

En juin, plusieurs projections ont été organisées : au Théâtre Merlan, à un colloque à la Villa Méditerranée et à l’Alhambra lors du Festival « Toute la lumière sur les SEGPA » où le film a remporté le Prix du réalisme courageux et de la sincérité et a recueilli les faveurs du public.

Le film Saute pas dans le vide

Ville: Marseille
Date de dernière mise à jour: 2 mai 2019

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur