Ressource

Jeune public

ATELIER AU COLLÈGE JOSEPH D’ARBAUD - TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES SEGPA (2016/2017)

Structure support: ALHAMBRA CINEMARSEILLE.

Dans le cadre de la participation au festival « Toute la lumière sur les SEGPA », l’objectif du projet était de réaliser un film sur le thème de l’évasion, sous plusieurs angles : celui de l’évasion physique d’un lieu et celui de l’escapade imaginaire.

  • Dates : De novembre 2016 à mai 2017
  • Durée : 7 mois
  • Séances : 10 séances
  • Lieux : Collège Joseph d’Arnaud (Marseille)
  • Intervenant(s) artistique(s) : Anne-Lise King
  • Public : 15 élèves de 4ème SEGPA

Cet atelier a été mené avec la participation des deux enseignants Michel Puech et Marie-Christine Fernandez, et a été soutenu par la Fondation Singer-Polignac, la MGEN, la DRAC, la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale, l’Académie Aix-Marseille et le Département des Bouches-du-Rhônes.



Paroles de l’intervenante

Le déroulé
« En début d’année, ni les élèves, ni les enseignants n’avaient d’attentes particulières sur la participation au dispositif « Toute la lumière sur les SEGPA ». Je leur ai donc proposé de se familiariser avec l’outil vidéo en réalisant des portraits filmés (et en leur donnant des exemples de portraits filmés connus : Foutaises de JP Jeunet, etc...)
Cela m’a permis d’une part de mieux les connaître, et d’autre part, de dégager des thématiques qui pouvaient les intéresser : un des élèves a notamment eu l’idée de se filmer en train de fuguer du collège, comme à son habitude. La scène ayant été particulièrement bien filmée, c’est celle-ci qui a donné le fil conducteur du projet. L’évasion était notamment un des thèmes principaux du film Corniche Kennedy de Dominique Cabrera, qui leur avait été présenté à l’Alhambra et qui avait provoqué leur enthousiasme.
A partir de là, j’ai choisi des oeuvres qui abordaient et traitaient ce thème de différentes façons :
- Mud de Jeff Nichols,
- Boy and bicycle de Ridley Scott

A l’aide d’une méthode de brainstorming, les élèves ont fait émerger tout le champ lexical se rapportant au thème de l’évasion, et ont classé les termes par catégories (décors, accessoires, costumes, personnages, etc...) sans pour autant se concentrer sur une histoire en particulier (le but de l’exercice étant de favoriser l’imaginaire).
C’est en relevant les aspirations des uns et des autres qu’il s’est avéré qu’un partie de la classe souhaitait plutôt tourner un film d’action (avec une « vraie » évasion du collège) et une autre plutôt filmer leurs rêves d’évasion. Chaque groupe a travaillé sur son scénario et nous avons essayé de les réunir en une seule histoire grâce à des procédés de flash-back dans le récit.

Une fois le scénario finalisé et les repérages effectués, le tournage a débuté fin janvier car les stages laissaient peu de temps à la réalisation du film. Les multiples aller- retours en ville ont été par ailleurs assez chronophages.

En fin d’année et avant le festival, une séance a été consacrée à l’apprentissage du montage grâce à la Table Mash up. A l’issue de la séance, les élèves ont été très fiers de présenter leur film à l’ensemble du collège. Ils ont par ailleurs été très impressionnés par le résultat des incrustations sur fond vert qu’ils avaient tournées précédemment.

Au festival de fin d’année, le film a reçu le prix du scénario. »

Le bilan

« Les principales difficultés sur ce projet :
- un démarrage chaotique avec une mauvaise collaboration entre administration et enseignants
- le départ de certains élèves, soit pour cause de déménagement, soit pour mauvais comportement
- une grosse difficulté des élèves sur l’écriture du scénario. Pour beaucoup d’entre eux, l’expression écrite est un frein, et même une punition.
J’ai d’ailleurs proposé en début d’année de tenir un journal de bord avec photos et commentaires à l’appui : personne ne s’en empare, même pas les enseignants. Un site consacré au projet a même été créé pour que les élèves puissent s’y référer à tout moment mais il n’a pas eu plus de succès (beaucoup ne savent pas recopier une adresse web !! et n’ont pas pu se connecter correctement).
- un tournage en extérieur réparti sur une longue période, qui a induit des changements drastiques de costumes (froid au début et chaud à la fin) et de gros faux-raccords. Mais ces derniers ont été corrigés par la mise en noir et blanc du film.

Un des principaux challenges que je me donne pour mes futurs ateliers est de parvenir à fournir des outils (alternatifs à l’écriture) pour les aider à structurer leurs pensées, avant de démarrer le tournage. Toute la phase de préparation d’un film (documentation, exercices, écritures, repérages...etc) leur donnait l’impression de ne pas avoir commencé le projet, et leur laissait un sentiment de frustration. J’ai essayé de palier à cette impression en leur faisant faire des exercices vidéos régulièrement.

Les points positifs du projet :
- chaque élève a trouvé la place qui lui convenait au sein du tournage et tous ont été très fiers de présenter leur film au festival "Toute la lumière sur les SEGPA" qui a reçu le prix du scénario.
- la direction, réticente au départ, a reconnu la qualité du travail des élèves et leur implication. Elle est finalement venue soutenir leur création au festival.
- Certains élèves se sont passionnés pour une technique en particulier. Je pense par exemple à Dylan qui a excellé dans le cadrage et la prise de vue. »

Ville: MARSEILLE

Les vidéos

Date de dernière mise à jour: 26 juillet 2017

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur