Ressource

Jeune public

ATELIER AU COLLÈGE DARIUS MILHAUD - TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES SEGPA (2012/2013)

Structure support: ALHAMBRA CINEMARSEILLE.

L’atelier cinéma était proposé aux élèves de 4ème SEGPA du collège Darius Milhaud, dans le cadre du projet « Toute la lumière sur les SEGPA ». Un travail a été engagé sur le thème de la justice, par ailleurs développé dans plusieurs disciplines par l’équipe pédagogique. Il a abouti à la réalisation d’un court-métrage donnant à voir le point de vue des élèves sur la justice et leur manière de la mettre en scène.

  • Type d’atelier : Atelier de réalisation documentaire
  • Dates de l’atelier : du 15 janvier au 14 mai 2013
  • Durée de l’atelier : 20h
  • Séances : 8 séances de 2 à 4h
  • Lieux : collège Darius Milhaud (Marseille) et tribunal correctionnel de Marseille
  • Intervenant(s) artistique(s) : Elise Tamisier
  • Public : 14 élèves de 4ème SEGPA du collège Darius Milhaud
  • Diffusion : Festival Toute la Lumière sur les Segpa juin 2013 (L’Alhambra)

Au cours de l’atelier, les élèves ont pu réfléchir à la représentation de la justice au cinéma et dans les médias, notamment en s’appuyant sur le travail de Raymond Depardon (Délits flagrants, 10ème Chambre – Instants d’audience) et de Barbet Schroeder (L’avocat de la terreur). Ils ont également assisté à une audience en correctionnelle, qui a ensuite servi de point de départ à la réalisation de leur film. Le film Reconstitution montre une reconstitution orale par les élèves d’un cas de l’audience du 14 février 2014 au Tribunal correctionnel de Marseille.

  • Séance 1 : Présentation du projet et réflexion sur le représentation de la justice au cinéma et dans les médias. (2h)

Cette séance a permis de présenter le projet et le dispositif du film envisagé. On y a aussi parlé de la notion de mise en scène au cinéma mais également dans un tribunal. Les élèves avaient déjà travaillé en classe sur le fonctionnement de la justice, le parallèle sur la notion de mise en scène était donc très facile à établir. L’intervenante a présenté aux élèves quelques éléments sur la représentation audiovisuelle de la justice en France.

Un premier extrait vidéo a été vu et commenté avec les élèves. Il s’agissait de l’ouverture du procès de Klaus Barbie, très important dans l’histoire de la justice concernant les questions audiovisuelles (premier procès filmé en France). Cet extrait était également intéressant pour parler de la notion de mise en scène. Enfin, il permettait de présenter la personnalité de Jacques Vergés, que les élèves ont vu par la suite dans plusieurs extraits de L’avocat de la terreur.

Visionnage et commentaire d’un deuxième extrait de L’avocat de la Terreur. Jacques Vergés parle du procès Barbie et de la notion de mise en scène au tribunal. La manière dont Caroline Champetier filme Vergés permet également de parler de la notion de mise en scène dans le cinéma documentaire : pour les élèves, Vergés est un personnage charismatique, puissant. En analysant l’image, nous avons essayé de comprendre comment la mise en scène pouvait définir le personnage.

Exercice de dessin : introduction au dessin du plan de site à partir d’un extrait de 10 éme chambre, instants d’audience de Raymond Depardon.
Cet exercice a permis aux élèves de comprendre la place de la caméra et la position des personnages les uns par rapport aux autres.
Question posée aux élèves : qu’est-ce-qui nous permet de déterminer que nous sommes en train de voir un documentaire et pas une fiction ?
Les élèves ont dessiné individuellement le plan du site en s’aidant du film et de leurs propres connaissances sur la justice.

  • Séance 2 : Approche du son au cinéma et repérages (2h)

Exercices sur le son (1h) : écoute collective de plusieurs extraits de film sans l’image. Les élèves étaient ensuite invités à décrire ce qu’ils pensaient voir à l’image.

- Travail sur le son du film "10ème CHAMBRE" : Reconstituer une scène du film déjà vue par ailleurs en réécoutant uniquement la bande son.
- Imaginer ce qui pourrait apparaitre à l’image en écoutant la bande son d’une scène jamais visionnée. Où se trouve t-on ? Quelles différences avec le son des extraits précédents Imaginer la pièce et la place de la caméra ? Combien de personnes sont présentes en plus de l’équipe du film ?  

Prise en main du matériel son avec un enregistreur Zoom
Exercice d’enregistrement : raconter de mémoire un extrait de film vu en début de séance.
Entraînement à la routine d’enregistrement qui servira ensuite au tournage : "Silence plateau" ; "moteur" ; "action" ; "ça tourne" ; "coupez".

Préparation des repérages et repérages (1h) annonce du dispositif filmique et de ce qui permettra de faire des repérages les plus efficaces possibles :

- Implication sur la recherche d’un lieu de tournage : Unité de lieu, luminosité suffisante, espace où l’on peut reproduire simplement la disposition des personnages en jeu dans une audience en correctionnelle.

- Répartition des tâches :
2 élèves photographient les lieux (plans d’ensemble, détails, lumière)
4 élèves dessinent des plans de site
2 élèves responsables de la prise de son (enregistrement de son d’ambiance, mais aussi des voix et de la manière dont elles réagissent (acoustique), se placer à plusieurs endroits différents ...
Un élève photographie le travail de repérage.

  • Séance 3 : acquisition de la routine de tournage et des métiers du cinéma – préparation de la mise en scène (2h)

Visionnage des photographies de repérage
Mise en commun des plans de site
Écoute du son enregistré en repérage
Réflexion sur la mise en scène à partir des dessins de site : Où placer la caméra ? Comment recréer la configuration du tribunal ? Lister les personnes qui seront présents à l’audience. Les élèves ont établi avec l’intervenante la liste des postes nécessaires au tournage.

Préparation de la sortie au tribunal par les enseignants hors temps d’atelier.

  • Séance 4 - sortie au tribunal correctionnel (4h) :
    Prise de notes, dessins du plan de la salle d’audience.
  • Séance 5 (4h) : Tournage

Cette séance a permis d’expérimenter une première reconstitution de cas. Une équipe technique a été créée et les rôles répartis entre les élèves. Sur le plateau de tournage, on retrouvait le prévenu, le juge, le procureur et l’avocat. La caméra était placée­­­­­­ au centre de la salle conformément au choix de mise en scène des élèves et les acteurs étaient filmés à tour de rôle. Ils n’étaient pas face caméra mais reproduisaient le jeu de regard du tribunal.

Objectif : rendre compte d’un cas entendu en audience en utilisant le principe du jeu de rôle. On commençait par rappeler le scénario classique d’une audience et l’ordre dans lequel les personnes présents s’exprimaient et ce sur quoi portaient leur discours.

Pendant une première série de prises, les élèves devaient raconter leurs souvenirs sur une affaire (le cas retenu fut celui du cambrioleur multirécidiviste). Il s’agissait avant tout d’ une séance d’essai pendant laquelle l’équipe technique se rôdait à la routine de tournage. Les acteurs se sont peu à peu appropriés leur rôle et habitués au jeu en présence de la caméra.

  • Séance 6 : Tournage 2 (2h) :

La séance a commencé en classe. Les élèves étaient invités à raconter leur perception de la sortie au tribunal, leurs ressentis et leurs souvenirs du déroulement d’un audience. Ils devaient également, à l’oral, définir les caractéristiques des « personnages » présents à l’audience (le juge, le procureur, le prévenu, l’avocat). A la fin de l’heure, l’intervenante leur a proposé de choisir le verdict du cas qui est traité dans le film. Les élèves n’ayant pas pu assister au verdict plusieurs options ont été envisagées, la peine de travail d’intérêt général est celle qui a fait le plus large consensus.

Dans un deuxième temps, cette discussion était reprise, au CDI, avec un dispositif de tournage documentaire. Les élèves, assis autour d’une table, reprenaient ce qui avait été abordé précédemment en classe pendant que l’équipe technique filmait la discussion.

  • Séance 7 : Tournage 3 (3h)

Il s’agissait du principal tournage avec la même mise en scène que la séance précédente. Les acteurs avaient préparé le tournage avec leur enseignante de français et avaient repris en classe le cas de l’audience sous forme de texte simplifié et répété . L’équipe technique aguerrie par les précédents tournage était quasiment autonome.

  • Séance 8 : Tournage 4 (3h)

Cette dernière séance a été tournée en extérieur, à proximité du tribunal. L’équipe technique est maintenant rodée, et les autres élèves de la classe sont figurants. Une mise en scène très simple, en 4 plans a servi d’ouverture au film : la classe se rend au tribunal correctionnel pour assister à l’audience, qui sera ensuite reconstituée par les élèves. Le découpage de cette séquence d’ouverture a été préparé par l’intervenante, faute de temps suffisant en classe.

Ville: Marseille

Les vidéos

Date de dernière mise à jour: 18 janvier 2016

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur