Ressource

Jeune public

ATELIER AU COLLÈGE HENRI BOSCO - TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES SEGPA (2013/2014)

Une journée ordinaire. Raconter la journée d’un élève de SEGPA dès le réveil jusqu’à la sortie du collège sur un rythme de comique de répétition. Le court métrage sera sous forme de stop motion

  • Dates : de novembre 2013 à mai 2014
  • Durée : 40h
  • Lieu : collège Henri Bosco à Vitrolles
  • Intervenant(s) artistique(s) : Anne Loubet
  • Public : 17 élèves de 6ème SEGPA
  • Diffusion : Cinéma l’Alhambra et galerie La Traverse à Marseille

Une journée ordinaire


Comprendre comment se fabrique une image fixe
Il y a un temps de dialogue autour de l’image fixe - qu’est ce que c’est une photographie ? Où trouve t-on des photographies dans notre quotidien ? - pour permettre de tisser des liens avec notre pratique et la réalité des images qui nous entourent.

Enrichir la réflexion en allant se nourrir ailleurs
Nous sommes allés visiter l’exposition de Pierrick Sorin au théâtre de la Criée, une aventure à vivre ensemble, car c’est tout un voyage depuis Vitrolles, et les élèves ne sont pas familiers de ces lieux de culture.
Sur place, les œuvres ont permis d’interroger la question du jeu, du travestissement, de la vidéo bricolée.
Les installations sont simples et ludiques, les vidéos Pierrick et Jean Lou résonnent avec notre projet qui va lui aussi jouer avec l’humour et le son.
L’idée de notre film est de ne pas utiliser la vidéo, mais de partir d’images fixes et d’ajouter ensuite une bande son pour enrichir le propos
Le parti pris est radical de ne travailler qu’avec un bruitage qui sera « fait maison ».
Notre film est traité sur le mode du burlesque ou comique avec des additions de bruitage pour donner corps à la réalité ou au contraire ouvrir un imaginaire en décalage avec l’image.

Aborder la question du récit, des images animées, du montage
Je propose également 2 autres films : Sherlock Junior de Buster Keaton et La Jetée de Chris Marker.
Les films sont visionnés en dehors des séances et je viens pour en discuter en reprenant quelques extraits avec les élèves.

Manipuler et se familiariser avec l’appareil photo Tous les ateliers ou presque se prêtent aussi à un temps de prise de vues. _ Les élèves expérimentent le cadre, à travers des exercices à main levée et sur trépied. La notion de stop motion est abordée lors des déplacements dans les couloirs. Le collège se découvre de long en large pour en observer tous les recoins, les endroits qui servent de cachette, les zones où passe la lumière, d’un coup il renaît et on en observe toutes les particularités (les fresques murales)….

L’écriture du scénario
Je lance un débat sur ce qui est nouveau dans le collège pour eux, car ils sont en 6e, l’école primaire est encore proche dans leurs souvenirs.
Il en ressort qu’ils apprécient l’idée d’un grand espace avec des tas de matières et un CDI aménagé. Il en ressort aussi qu’ils regrettent tous les temps de la récréation et les jeux collectifs, ils ont encore envie de ces « lacherprises ». On décide de se faire plaisir avec le film et de s’inventer une journée extra- ordinaire qui ravive cet imaginaire.

Les séquences en stop motion et en images photographiques
A chaque séance se fabriquent des morceaux de l’histoire selon le temps, l’humeur, la présence des uns et des autres. En groupe s’opèrent les déplacements, les glissades dans les escaliers, les scènes robots avec gestuelle commune (le cours de gym, la mise en rang..)
Les élèves en réalisent certaines en dehors de ma présence avec leur professeur (le trajet maison -collège ; les robots qui avancent dans la classe)

Le son et le choix du bruitage
Le travail sonore est abordé à mi-parcours lorsqu’à l’oral on essaie de décrire une situation par les sons qu’elle pourrait produire. Exemple, comment décrire une voiture par les sons ? Bruit du moteur qui tourne, portière qui claque, clignotant, essuie glaces qui frottent, sièges qui couinent, pneus qui crissent sur le gravier, klaxon..

L’articulation son-image
L’étape définitive du montage ne s’est pas faite en classe pour des raisons pratiques de matériel et de temps.
L’essentiel de la trame, du déroulé et du placement des sons ayant été travaillé ensemble ; cette étape est donc subsidiaire.
Ensuite le film est projeté devant la classe et commenté, on s’aperçoit de l’ampleur du travail accompli et du potentiel dramatique, c’est un vrai bonheur !!

Les acquis
Être capable de décrire ce que l’on observe à l’image et au son, bien dissocier les deux. Devenir précis dans son vocabulaire, dans sa sensibilité. _ Comprendre les émotions qui sont en jeu et les jouer. Se servir de son environnement pour inventer un univers. Devenir responsable d’une mission et la mener au bout ensemble.
Progresser dans son apprentissage de l’outil. Comprendre la fabrication d’un film, des images mises en bout à bout et du son ! Comprendre les trucages en jeu et les effets de réalité …

Leur film Une journée ordinaire a été projeté aux côtés de huit autres films lors du festival Toute la lumière sur les SEGPA. Avec un prix au bout pour chaque réalisation. Cette journée se passe au cinéma l’Alhambra en présence de tous les élèves qui ont participé au projet. Il a reçu le prix de la meilleure mise en scène et le prix de la création sonore.

Ville: Vitrolles

Les vidéos

Date de dernière mise à jour: 14 janvier 2016

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur