Ressource

Jeune public

ATELIER AU COLLÈGE JEAN MOULIN - TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES SEGPA (2013/2014)

Structure support: ALHAMBRA CINEMARSEILLE.

L’enjeu est de permettre à un groupe d’enfants de classe segpa de s’exprimer avec les outils audiovisuels. A travers une dizaine de séances programmées tout au long de l’année scolaire les enfants abordent les différentes étapes de la création filmique. L’objectif final étant la réalisation d’un film de courte durée, qui est ensuite présenté lors d’un temps fort réunissant toutes les classes SEGPA participant au projet au Cinéma l’Alhambra (juin 2014).

  • Dates de l’atelier : 2013/2014
  • Durée de l’atelier : 40 h
  • Séances : 8 séances de 2 à 6h d’intervention
  • Lieu : Collège Jean Moulin, Marseille
  • Intervenant(s) artistique(s) : Sophie-Charlotte Gautier et Anne Loubet
  • Public : 16 élèves de 5ème SEGPA du collège Jean Moulin
  • Diffusion : Festival "toute la lumière sur les SEGPA" au cinéma l’Alhambra.


Les premières séances nous ont surtout permis de faire connaissance les jeunes et moi, cependant, beaucoup de petites choses en sont sorties. 

Ce que j’ai retenu en particulier :
- Le fort désir pour certains enfants d’être face à la caméra, mis en scène. A l’image, il y a l’envie de montrer ce qu’on sait faire avec son corps : chez les garçons avec la course ou la pratique du parcours, chez les filles plus avec la danse (danse le "coupé-décallé", la danse Arabe, le hip-hop/classique,…).

- Des envies de partage au son : des chants Africains, des histoires.
Aussi, après avoir demandé à chacun un “portrait de soi en 10 mots”, de belles choses apparaissent, comme par exemple : "Courir, escalader, voler, cabrer, sauter, attraper, parcourir, crier, danser, sursauter" ou encore : “ bleu, lit, coupe galette, caravane, harrissa...”.

- Des lieux aimés, qui les font rêver : la campagne à terre nouvelle (la grainière, forêt), le port et les bateaux à la Joliette.

- L’attrait de plusieurs enfants pour le film "La guerre des boutons" dont certains ont vu un remake.
C’est la liberté, le jeu, la fantaisie, l’humour qui s’en dégage qui les touche. Certains se rappellent même de répliques cultes ("on va te couper le zizi").
Après discussion avec la classe nous décidons de creuser ces pistes et de parler du désir de grandir, d’accéder à l’autonomie, de sa place en tant qu’individu dans le groupe, des rituels de rencontre,... 
S’en suivent plusieurs temps forts de tournage son (réalisés en classe). A la fois des temps d’expression spontanée (paroles, chants, bruitages) et des enregistrements réalisés à posteriori, une fois différentes réflexions consignées par écrit.

Parallèlement, la classe visionne “La guerre des boutons”, ce qui donne lieu à une sélection de répliques savoureuses qui sont également réinterprétées par les enfants lors d’enregistrements sonores.
Ce film sert également de point de départ pour réfléchir l’image et la mise en scène. Comment raconter une micro-société d’ enfants avec leurs règles, codes et rituels ?
Nous retenons quelques idées de plan larges qui racontent le groupe et la rencontre. Puis, nous décidons de creuser la question de manière plus personnelle (individuelle ou en binômes , sur le geste.
Quels sont les modes d’expression personnels, comment s’établit la communication entre enfants ? (tchek, danse, jeux de mains,…). De courtes scènes sont répétées (dont nous gardons des traces en vidéo ou en photo).

Après de petits essais vidéo au collège et avec un découpage de séquences clef en poche, nous organisons un temps fort de tournage à l’extérieur du collège. Une journée entière, dans la forêt pour vivre une aventure et tourner une quinzaine de séquences. Anne Loubet (photographe-cadreuse) vient en renfort. Le timing est serré, nous filmons ce qui concerne l’ensemble du groupe le matin puis des scènes plus individuelles ou en binômes l’après-midi. _ Nous tournons l’ensemble des scènes envisagées et avons même un peu de temps d’improvisation.

S’en suivent des moments de visionnage, d’analyse et de sélection des rushs image et son.
Parallèlement, nous effectuons des enregistrements musicaux (le prof de SVT se révèle parfait improvisateur au piano, la batuccada de l’école se lance elle aussi dans l’aventure).
Un pré-montage est proposé aux élèves. Nous en discutons pour décider des orientations finales. La question du titre reste en suspens jusqu’à la dernière minute... Le film est enfin présenté au cinéma l’Alhambra en juin 2014, sous le regard de toutes les classes ayant participé au projet !

Ville: Marseille

Les vidéos

Date de dernière mise à jour: 14 janvier 2016

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur